Entretien et utilisation d’un tambour chamanique de fabrication Atelier Algæm

Atelier Algaem, fiche technique.
Les tambours traditionnels de cette fabrication ne nécessitent pas un entretien particulier, mais plutôt certaines petites précautions ou règles d’utilisation, pour un meilleurs son et la conservation.

1.    Protection à l’huile

Fait en sortie d’atelier et a refaire éventuellement tous les 2 ans.
Un fois la peau du tambour bien séchées à quelques semaines de la fabrication, le tambour demandera à être traité intégralement par un badigeon d’huile d’Olive. Le badigeon se fait à refus, c’est à dire jusqu’à saturation, autant sur le bois du cercle que de la peau. Cette huile permettra de garder une souplesse de la peau, de nourrir le bois du cercle, ainsi que de préserver le cuir et l’ensemble de l’assèchement. C’est aussi un écran contre l’humidité.

Après ce badigeon intégral et un certain temps de pénétration de 24h, le surplus d’huile sera délicatement essuyé avec un chiffon propre.
L’aspect huileux du tambour sera dissipé assez rapidement, compter environs 3 jours pour retrouver une utilisation confortable du tambour.

Ce traitement peut être éventuellement recommencé si la peau après quelques années paraît asséchée.

2.   Variation hygrométrique et tentions de la peau

La peau du tambour est un matériau naturel et vivant, les variations de l’humidité de l’air lié au climat et à l’environnement impactent directement la tentions du tambour, par dilatation par temps humide, et au contraire par en resserrement lié à la sécheresse de l’air ambiant. Cette variation de la tension impacte directement la fréquence du son.
Dans l’extrême humidité avec une peau complètement détendue et ramollie le tambour peut devenir inutilisable, cela peut arriver notamment pour les cérémonie ou concerts en extérieur.
A l’inverse, un environnement top sec donnera un son clinquant sans  profondeur.
– Son plus grave, voir inopérant quand détendu par l’humidité.
– plus aigu ou clinquant quand la peau est trôp tendue par l’air sec ou la sécheresse.

2.1 Régler la peau pour jouer

2.1.1 Retendre la peau

Le seul moyen de retrouver une bonne sonorité est de sécher la peau du tambour grâce à une source de chaleur. À cette fin le soleil est roi. Ensuite on comprend mieux la présence indispensable d’un feu que l’on trouve souvent aux réunions de cercles de tambours ou divers concerts de festival et rituels en extérieurs.

Si le soleil ou le feu n’existe pas, par exemple dans une salle de concert ou en intérieur d’une maison humide, toute source de chaleur peut être utilisée, même au-dessus d’une flamme d’un bruleur à gaz de cuisinière.
Voir vidéo: retendre un tambour chamanique à la maison.

< ! > Faite attention de toujours garder le tambour à bonne distance de la source de chaleur afin de ne pas le bruler. La chaleur perçue par vos mains tenant le tambour sera le meilleur indicateur pour modérer l’exposition à la chaleur.

2.1.1 Détendre

Pour détendre une peau trop sèche, il suffit de l’humecter la peau avec de l’eau de façon homogène sur toute la surface externe de la peau du tambour.

2.2 Ritualisation

Les manipulations de « réglage » de la tension et du son, soit par l’eau ou par le feu sont d’ailleurs fréquemment ritualisée, en ouverture de cercle chamanique ou dans certaines représentations musicales Mongoles ou Amérindiennes.

3. Ou placer mon tambour

3.1       En extérieur

Généralement les tambours sont rangés dans leur house, celle-ci sera si possible imperméable.
En extérieur cette housse permettra au tambour de ne pas subir les variations due à l’humidité ou la sécheresse, ainsi il sera toujours prêt pour jouer correctement. Éviter de  placer votre tambour trop longtemps sous un soleil ardent et surtout ne l’oubliez jamais dans une voiture surchauffée par le soleil.

3.2 En intérieur

Souvent, pour des questions d’ornement, ou pour vivre le tambour pleinement, comme un compagnon ou support spirituel, les tambours sont exposés sans aucune protection, posés quelque part ou accroché à un mur. La règle sera alors comme pour tous les instruments acoustiques en bois, de ne pas le placer
– dans une pièce ou contre un mur humide,
– ni dans un endroit trop ensoleillé,
– ni trop sec ou près d’une forte source de chaleur.

4. Comment jouer

Le tambour peu se jouer avec une mailloche rembourrée, ou pour des sons plus fins avec les mains et les doigts.
Il ne se joue en principe pas avec une baguette de bois ou tout autre objet risquant de rayer la peau.

Sachez aussi que certaines façons de jouer peuvent générer des sons :
– perturbateurs
– ou au contraire bénéfiques,
– ou influencer votre rythme cardiaque ou respiratoire

Par exemple en tapant trôp fort au centre du tambour. A vous de moduler les vibrations selon les endroits de la surface de la peau où vous jouer.

5. Protection aux insectes

Mite carnivore Anthrenus-VerbasciCertains insectes comme les mites dite « de musés », comme les nymphes du papillon anthrène et surtout les Anthrenus Verbasci (Trogoderma Variabile) qui sont de véritables carnivores susceptibles d’attaquer à certaines saison votre tambour.
Quelques-uns de ces insectes font d’ailleurs des ravages dans certains musés ethnologiques, dévorant tout ce qui est organique, et particulièrement d’origine animale comme les livres en parchemin, etc.
Heureusement mes tambours sont généralement composés d’un cercle en bois de cèdre. Or justement le cèdre a pour grand avantage de repousser ces insectes.

Si toute fois votre tambour en été victime, la solution la plus efficace sera d’utiliser quelque goutes d’huile essentielle de cèdre. Quelques goutes vaporisées soit sur la fourrure de votre tambour s’il en est composé, ou sur le cercle de bois à l’intérieur de celui-ci. Attention toutefois de pas en abuser pour ne pas tacher la peau surface d’utilisation du tambour.
Une autre solution couramment utilisée consiste à utiliser une ou deux rondelles ou anneaux anti-mites en cèdre bien séchées, lesquelles ont reçu quelques gouttes de cette huile et placées quelques part sur la fourrure ou le bois du tambour.

6. Mon tambour émet un bruit de craquement,
Esprit du bois

Il arrive parfois mais assez rarement, généralement avec les variations de température ou d’humidité qu’un craquement survienne depuis le tambour. Ou parfois même sans raison apparente.
Hormis la manifestation de l’Esprit que vous avez insufflé à votre tambour, les tambours de l’atelier Algæm sont fabriqués exclusivement avec des matériaux Naturels, ceux-ci sont par nature sensible aux variations diverses, et restent vivant d’une certaine manière.

7. Autres questions

En cas de doute ou pour d’autres questions, ou encore pour une réparation en retour atelier, n’hésitez pas à me contacter.


8. Vidéo retendre réglage d’un tambour chamanique avec une source de chaleur

To top page ⇈